mercredi 23 novembre 2016

Pourquoi les femmes préfèrent les Bad Boys...

...et comment en devenir un, mais juste ce qu'il faut.

Le monde est bien fait.
Presque tout ce qui existe est polarisé. Vous allez penser aux aimants, aux opposés qui s'attirent, au Yin-Yang... En Occident, on a tendance à parler effectivement d'opposition, de combat constant, alors que par principe l'un n'a pas besoin d'exister sans l'autre et ils se complètent parfaitement.

Sur le plan énergétique, l'énergie féminine est une fréquence de réception, de ressenti et de calme. L'énergie masculine, dans son aspect divin, est une fréquence de mouvement, une notion d'initiation/initiative.
Chaque Être Humain a en lui ces deux polarités, dont une est dominante, naturellement ou par expérience.

Dans un couple, l'un va toujours chercher son complément. Même dans les couples homosexuels, l'un des deux est plus dans l'action et l'autre dans la réflexion. C'est le principe de fonctionnement du Monde en général !

Pourquoi les hommes sont "trop gentils"...
Si vous avez compris la véritable nature des énergies du Féminin et du Masculin, vous avez compris qu'il n'est pas question de gentil ou de méchant.
Quand un homme est doux, réceptif, il est dans une énergie majoritairement féminine. Son pendant féminin devra donc exprimer majoritairement des traits du Masculin pour trouver un équilibre. Or, par nature, la Femme cherche à laisser le contrôle à l'Homme, car c'est dans leurs rôles Divins respectifs qu'ils excellent, tirant le meilleur parti de leurs ressources.

Il y a encore un siècle, les rôles de l'homme et de la femme étaient clairement polarisés. En gagnant son indépendance, la femme a récupéré un morceau de cette polarité (toute la partie physique, l'action), laissant donc l'homme sans rôle défini.

L'idée n'est pas de revenir vers le principe de femme au foyer / homme qui travaille. L'idée est de trouver un moment et un lieu propice pour que les énergies féminines et masculines puissent exprimer leur véritable nature dans le respect de l'autre et des limites qu'il pose.

On a presque tous peur de perdre le contrôle. Et pourtant on veut presque tous trouver une personne à qui le confier, ne serait ce que de temps en temps. Plus de 90% des femmes ont des fantasmes de viol... qui sont en fait des fantasmes de "perte de contrôle" sans avoir à passer par tous les aspects "pas cool" du viol-ent.

Comment devenir un VRAI Bad Boy
Prenez le contrôle.
Prendre le contrôle ne veut pas dire faire ce que vous voulez comme si votre partenaire s'en fichait : votre partenaire va vous LAISSER prendre le contrôle. Soyez donc à l'écoute.
Avoir le sentiment que l'autre sait ce qu'il veut et sait ce qu'il fait est important. Vous mettez votre vie entre ses mains. Monteriez-vous avec palisir dans un avion avec un pilote qui n'a jamais touché un manche et s'en vante ?
Renseignez-vous sur le fonctionnement du corps humain : c'est comme passer du kart à une camionnette. Les bases sont identiques, donc en tâtonnant vous pouvez vous en sortir, mais c'est plus agréable de savoir à quoi sert chaque pédale AVANT de caler, non ?
Osez demander. Si vous dites "Je veux que tu me diriges" ce n'est pas lui donner le contrôle ; c'est dire "Je veux te faire jouir et je veux que tu fasses la moitié du boulot - je veux que tu parles". Vous voyez la nuance ?

N'essayez pas d'être quelqu'un que vous n'êtes pas. Si prendre le contrôle vous panique, allez regarder quel traumatisme de votre enfance cause cette peur : Monsieur, la nature vous a taillé pour ça, alors qui vous a retaillé entre-temps ?

L'image typique du Masculin, du Mâle, et cet homme en kilt, tout transpirant d'avoir fendu des bûches ; activité dont il maîtrise la technique à perfection. Cet homme est un protecteur. Sa présence est rassurante pour ceux qu'il aime et terrifiante pour les autres. Il sait ce qu'il veut, et il sait comment l'obtenir. Le "oh tant pis !" n'existe pas. S'il y a un souci, il trouve une solution. Il communique ses désirs et il est à l'écoute des vôtres.


Que vous soyez homme ou femme ou autre, je vous recommande la lecture des ouvrages de Gérard Leleu, qui arrive à vous enseigner la technique pure dans un écrin d'amour de soi et de l'autre.
Je vous encourage à trouver un coach/thérapeute pour retourner à la sources de vos divers blocages afin d'arriver à exprimer le caractère Divin des deux énergies qui se trouvent en vous, en les acceptant totalement.

Je vous souhaite bonheur et plaisir !

lundi 21 novembre 2016

Liste de projets : on continue !

Et voilà, sur un coup de tête je vais seule à Europapark (13) pour découvrir notamment Wodan et BlueFire (j'aime les loopings !).
J'ai peint la porte (75) - reste le cadre de fenêtre...
Un ancien partenaire de cours de tango m'a embarqué pour une milonga ambiance familiale, et j'ai bien ri (88).

Je passe le cap des 31 ans et je continue à aimer la vie comme un enfant !

vendredi 21 octobre 2016

Presque un an...

Et voilà !!! Le Portugal, c'est fait (15). Je suis allée voir Mooji, Lisbonne et un morceau de la côte sauvage. Je retournerai voir Sintra.
En passant, j'ai conduit une Fiat 500 (hi hi hi !!!) et à part sa tendance à me dire de changer les vitesses tout le temps, j'aime bien.

On vide lentement le grenier de Manie (24) grâce à Geev et le déménagement se précise pour la Môman.

lundi 10 octobre 2016

Le système hormonal : explication simple

Comment fonctionnent les hormones, et ce qu'il se passe avec la contraception hormonale (pilule, implant, stérilet hormonal, anneau...), en une métaphore très facile.

Que l'on vous parles d'hormones ou de système endocrinien, c'est pareil.

Imaginez que votre corps est une grande entreprise. Naturellement, les différents services vont communiquer entre eux via une messagerie rapide et puissante du genre UPS. Tout le monde a les infos à temps, ça roule, c'est cool.
Quand vous prenez un traitement contenant des hormones de synthèse, c'est comme si vous embauchiez un nouveau directeur général qui, lui, ne jure que par La Poste et tente d'imposer sa vision.
Les chefs de service ne savent pas quoi faire. A la production, c'est la misère parce que certaines infos n'arrivent pas, ou arrivent en double... c'est la misère.
Quand vous décidez d'arrêter le traitement (souvent après plusieurs années), vous virez le fameux D.G. qui a tout déréglé... mais ça ne va pas se remettre en un jour !
Les petits nouveaux n'ont jamais entendu parler d'UPS et font au mieux avec La Poste, pensant que c'est la meilleure solution. Les anciens sont en arrêt maladie pour dépression - il faut leur laisser le temps de comprendre qu'ils vont enfin pouvoir reprendre du service et faire du bon travail. Ils vont bien sûr devoir nettoyer le bordel laissé par le D.G. et son équipe, et c'est pas toujours joli...


Dans cette histoire, les hormones sont les messagers qui vont d'un organe à l'autre. Il y en a qui lancent la digestion (votre bouche informe le foie de balancer la bile qui va transformer les aliments en glucose et le trop plein de glucose en graisse à stocker), d'autres qui gèrent l'effort (la dopamine va vous donner envie de continuer à ramasser des aliments, et l'adrénaline va vous permettre de survivre à une poursuite de lion) et bien sûr celles qui régulent la fécondité.
C'est un système complet. S'il manque un coursier, ou qu'on lui tape dans les roues pour changer son message, forcément ça fait boule de neige.

Lors de l'arrêt d'un traitement hormonal, c'est comme si l'émission "C'est du propre" venait trier vos placards et nettoyer votre chez-vous : il faut bien faire sortir les toxines, et souvent c'est par la peau, et il faut bien déboucher les canalisations (routes d'UPS) et ça peut faire mal.


Je vous encourage à rechercher la Symptothermie (méthode de contraception combinée avec une efficacité égale voire supérieure à celle de la pilule ou su stérilet cuivre/non-hormonal).

mardi 4 octobre 2016

J'ai mal au tibia quand je cours

A partir du collège, je passais les heures de sport à pleurer : j'avais mal dans les jambes, l'impression que mes os se cassaient entre le genou et la cheville, comme si on me sciait les tibias, et les profs me traitaient de chochotte.

Aujourd'hui, 20 ans plus tard, je sais que c'est une maladie, et que je n'aurais jamais dû subir 6 ans de torture.

Périostite tibiale. On en entend très peu parler hors du milieu du running, et sûrement pas à l'école ou dans une famille peu pratiquante de la chose.
J'ai entendu plusieurs personnes me dire "Tu ne peux pas avoir mal à l'os... Il n'y a pas de nerfs dans les os..." ou encore "Admets juste que tu n'aimes pas le sport, mais tu es obligée de le faire comme tous les autres élèves...". La seule raison pour laquelle je n'aime pas le sport c'est que je souffre le martyre !

Concernant cette douleur osseuse, en effet, ce n'est pas l'os mais la membrane autour (le périoste) qui peut s'inflammer avec des tractions répétées.

Une fois, je me suis forcée à courir les 15 minutes obligatoires, en serrant les dents, et la douleur est en effet partie au bout de 10 minutes. C'est normal : entre la vitesse élevée qui réduit donc le temps d'appuis et l'effet combiné dopamine/adrénaline, on ne sent plus rien. La récupération a par contré été un choc terrible...

Les causes de la périostite
Il y a des causes physiques : quel prof d'EPS vous apprend à courir ? à respirer ? à choisir une chaussure adaptée à votre foulée ?...
Il y a aussi une explication émotionnelle (voir Metaphysical Anatomy) et dans le cadre du collège (parce qu'étrangement je n'en souffrais pas avant de changer d'établissement) je retrouve tout à fait les aspects suivants : sentiment d'être contrôlé par des personnes d'influence, absence totale de soutiens dans ce cadre, impression de devoir faire plus que les autres afin d'obtenir la même reconnaissance, être forcé à dépasser ses limites (et ses bornes), ne pas pouvoir montrer sa vulnérabilité. [il y a plus d'explications dans le livre]

Si mon professeur avait été ouvert à la possibilité qu'il y ait plus que de la mauvaise volonté de ma part, j'aurais pu bénéficier d'un traitement adapté avec peut-être un entrainement afin de ne pas être stigmatisée "la nulle en sport" et vivre un calvaire dès qu'une activité se faisait hors de la piscine.
Si vous connaissez un enfant qui montre ces symptômes, ce n'est pas compliqué à gérer : une consultation chez un médecin du sport pour un certificat médical qui en bouchera un coin au prof, un tour dans un magasin de running qui analyse la foulée (vive la technologie) pour des chaussures adaptées, selon l'envie de l'enfant un cours avec un kiné pour apprendre à courir et respirer correctement.


J'espère que cet article permettra à au moins une personne de savoir qu'elle n'est ni seule, ni folle, ni dans une situation insoluble.

mercredi 21 septembre 2016

J'ai failli louper le coche !

Les billets pour le Portugal sont réservés (15). Youpi !

Mon stock de marchandise diminue bien (97) mais je dois toujours en recommander... Comment je vais compter moi, maintenant ?

J'ai renoué avec la coiffeuse qui me transformait en princesse pour le Carnaval (diadème etc) donc il y a des chances que mon n°81 se fasse bientôt !

J'ai posé les caches PVC en moins de 30mn (je repoussais depuis 2 ans) - merci Free d'avoir coupé le câble EDF et forcé les techniciens à me décrocher du PC ! Mes 74 et 75 sont donc en bonne voie.

Cameron et ses Pancakes sont à Hawaï.Bon bah... l'an prochain ?

jeudi 8 septembre 2016

SONCAS : pourquoi ça ne marche pas

Comme beaucoup d'étudiants en marketing, j'ai appris que les Humains avaient 6 besoins qu'il cherchait à combler, et si vous pouviez répondre à l'un de ces besoins, vous alliez signer le contrat.
Ces besoins étaient abrégés en SONCAS :
- Sécurité
- Orgueil
- Nouveauté
- Confort
- Argent
- Sympathie

Quand j'étais vendeuse à domicile, j'ai même eu l'obligation de classer mes recrues potentielles selon cette méthode. J'ai donc cherché où je me retrouvais dans ces définitions... et je ne me suis pas trouvée. Pas étonnant dans ce cas que je fus une source d'anxiété pour la responsable du réseau qui avait repris l'affaire en route : je ne rentrais pas dans ses cases ! (besoin de sécurité ?)

Puis je suis tombée sur Anthony Robbins. Et je suis retombée sur lui. Et encore. Jusqu'à finalement trouver l'explication à mon ostéopeureuse (déclassification avancée) dans le livre de Teal Swan "Shadows before dawn" (disponible en Français fin 2016).

Tony parle aussi de 6 besoins primaires, mais les siens sont étrangement plus adaptés à la génération dont je fais partie. Ce que le SONCAS avait oublié, c'est que l'Humain sensible, voire l'Humain heureux, décide avec son coeur.
Voici les besoins primaires de tous les enfants nés à partir des années 1980, aussi étiquetés comme "indigo" :
Certitude, une forme de confort dépourvue de stress
Variété, et aussi une forme d'incertitude qui laisse de la place pour la surprise
Importance, mais aussi l'impression d'être spécial voire unique
Amour et connexion, relations avec d'autres Humains ou êtres sensibles
Expansion et développement, pas seulement sur le plan physique
Contribution, se sentir utile et faire partie de quelque chose de plus grand

Avez-vous senti la différence ?
Là où l'on parlait d'individu, d'indépendance, on ouvre la porte à la notion d'interdépendance, à la possibilité d'aller plus haut, plus loin, avec l'appui de l'autre. L'individu n'est plus séparé du reste du monde. L'Humain  retrouve son instinct grégaire, celui qui fait de lui un animal social, un être qui survit seul mais Vit en groupe.

J'espère que cette information vous aura rassuré sur la justesse de votre quête du Bonheur :)